Les cookies nous permettent de vous offrir une expérience de navigation agréable.En utilisant notre site Internet, vous acceptez le paramétrage des cookies par ghd. Politique de confidentialité mise à jour le : 05/06/2018
Cristina Tringali

CRISTINA TRINGALI, ITALIE

DIAGNOSTIQUÉE À 25 ANS

Dites-nous en un peu plus sur vous, votre âge et votre histoire?
J'avais 25 ans, je travaillais comme photographe, à Milan. Et d'un coup : le cancer du sein. J'ai continué à faire de la photographie tous les jours pendant mes traitements. Maintenant, j'ai 29 ans, je suis professeur de yoga et je vis à Londres. Ma vie est guidée par la curiosité car c'est une source inépuisable de nouvelles expériences.

Racontez-nous le moment où vous avez découvert pour la première fois qu'il y avait un problème?
J'ai remarqué que j'avais une petite boule sur le sein et j'ai d'abord pensé à une piqûre de moustique ! Comme elle s'est mise à grossir, ma mère m'a poussé à aller la faire vérifier. Après avoir été mal diagnostiquée par un premier médecin, j'ai ensuite rencontré les meilleurs docteurs qui soient. J'avais un cancer. En rentrant chez moi, j'étais seule, je me suis mise à pleurer pendant 2 heures. Puis je me suis défoulée à la salle de sport (je suis accro au sport !) et à ce moment j'ai décrété que rien ne pourrait m'arrêter.

Pensiez-vous que le cancer du sein pouvait vous toucher? Si non, pourquoi?
Je n'aurais jamais imaginé que je puisse être atteinte d'un cancer du sein, probablement parce qu'on pense tous que c'est le genre de choses qui n'arrive qu'aux autres. On ne s'attend jamais à faire partie " des autres"... jusqu'à ce que cela vous arrive!

Au cours de cette période, avez-vous découvert des choses nouvelles, insoupçonnées sur vous-même?
Que je suis FORTE! Avant le cancer, j'avais cette image de moi : une personne qui a peur de tout. Quand j'ai débuté le traitement, j'ai réalisé que c'était une question d'état d'esprit et de l'histoire que l'on se raconte à soi-même

Si vous aviez un message à faire passer aux jeunes femmes qui ne réalisent pas d’auto-palpation régulièrement, que leur diriez-vous aujourd’hui?
On ne peut forcer personne à pratiquer l'auto-palpation. Je suis passée par là, on n'écoute jamais ce que nous disent les autres. Pourtant tout le monde a conscience que l'auto-palpation est très utile et peut vous sauver la vie. Certaines personnes ne veulent pas partager leurs expériences, mais je crois que c'est la seule chose en mon pouvoir pour peut-être vous convaincre de vérifier votre poitrine de temps en temps!

SI VOUS NE DEMANDEZ PAS GHD, VOUS N'AUREZ PAS GHD

Obtenez le cadeau que vous voulez vraiment en demandant votre produit coup de coeur.

Cette année, mon cadeau rêvé

Envoyer une idée cadeau à:

limité à 19 caractères
150 caractères maximum
*Champs obligatoire
VOTRE DESTINATAIRE N'A PAS REÇU votre indice

Malheureusement, {0} ne souhaite pas recevoir d'emails de ghd. Nous ne parvenons pas à lui envoyer votre indice. Mais pas d'inquiétude, il y a de nombreuses autres façons de se voir offrir le cadeau de ses rêves :

  1. Rendez-vous en salon pour y trouver des cartes rumeur ghd : un concentré d'indices.
  2. Positionnez stratégiquement un magazine ouvert sur une page de publicité ghd.
  3. Partagez nos articles sur les réseaux sociaux avec.

VOUS AVEZ ENVOYÉ TROP D’IDÉES CADEAU

Merci d’avoir partagé votre produit coup de cœur. Malheureusement, vous avez atteint la limite pour aujourd’hui, mais revenez demain pour être certain(e) d’obtenir vos produits les plus désirés.

Merci

Augmentez vos chances d'obtenir le cadeau qui vous plaira vraiment en partageant votre coup de cœur ghd sur les réseaux sociaux.

ENVOYER UNE AUTRE IDÉE CADEAU

Soyez sûre d'avoir votre duo de rêve et envoyez plus d'idées cadeau.